Chronologie

1955-1977

1955-1977

1955

Lors d'un voyage en Espagne Niki de Saint Phalle découvre l'œuvre d'Antoni Gaudí et en sera fortement influencée ; en particulier, le Parc Güell à Barcelone a eu une grande importance dans sa décision de construire son jardin de sculptures, l'inspirant également à faire de différents matériaux et objets trouvés les éléments principaux de son art.

1960-1961

Niki visite avec Jean Tinguely le Palais idéal de Ferdinand Cheval ; lui, facteur, avait construit un palais à Hauterives (Drôme, centre de la France) d'après les images de son imagination naïve. Plus tard, Tinguely amènera les Nouveaux Réalistes au siège pour en apprendre davantage sur la construction de Cheval.

1962

Niki et Jean Tinguely partent en voyage en Californie ; ils me rendent visite Watts Towers par Simon Rodia dans le sud de Los Angeles.

1966

Niki travaille avec d'autres sur le projet Hon, pour le compte du Moderna Museet de Stockholm. La sculpture géante fait sensation dans le monde entier, intensifiant le désir de Niki de créer son propre jardin de sculptures. A Stockholm, Niki et Jean Tinguely rencontrent le jeune artiste suisse Rico Weber, qui sera leur assistant et collègue pendant de nombreuses années, jouant un rôle important dans la création du Jardin du Tarot.

 

 

 

1972

Niki entame la collaboration avec le spécialiste du travail du polyester Haligon, qui réalisera pour elle des sculptures et des multiples grand format.

1974

En juin Niki réalise le modèle de la Fontaine-de-Nana qui en 1990 est agrandie et en mars 1993 trouve sa place dans le Jardin des Tarots.

Après avoir été hospitalisée pour un abcès du poumon causé par de nombreuses années de travail avec le polyester, Niki est restée à Saint-Moritz pour une période de convalescence. Là, il rencontra à nouveau Marella Caracciolo Agnelli qui en 1950 ca. rencontré à New York. Niki exprime à son amie son rêve de créer un jardin de sculptures basé sur la symbolique des cartes de tarot. Plus tard, les frères de Marella, Carlo et Nicola Caracciolo, lui ont mis à disposition un terrain sur leur propriété de Garvicchio en Toscane où elle a pu réaliser son rêve. Le projet Tarot Garden occupera la pensée et la force créatrice de Niki pendant vingt ans.

1975-1977

Niki retourne dans les montagnes suisses pour une période assez longue où il travaille à la conception de son jardin de sculptures ; il conçoit des figures qui devraient le peupler comme des expressions figuratives de symboles, d'indices et d'énergies du tarot.

En 1977, Ricardo Menon devient son assistant pour les dix années suivantes.

Palais Idéal du Facteur Cheval, 31 décembre 1961 (Larry Rivers, Clarice Rivers, John Ashbery, Niki de Saint Phalle, Jean Larcade)Photo : © inconnu Niki de Saint Phalle au Parc Guëll, Barcelone, 1955 Photo : © inconnu.

1978-1980

1978-1980

1978

Niki commence à travailler sur son jardin de Tarot sur le terrain appartenant à Carlo et Nicola Caracciolo, à Garavicchio, dans le sud de la Toscane. Il développe les premiers modèles basés sur les arcanes majeurs du Tarot et anticipe les méga-sculptures de son jardin.

A Paris, il rencontre Pierre Marie Lejeune dans l'atelier-boutique duquel ses gravures et sculptures sont réalisées ; elle lui confie la tâche de peindre avec elle les sculptures de la fontaine Strawinsky à Paris.

1979

Niki de Saint Phalle passe la plupart de son temps en Toscane. Le terrain sera défriché et défriché et les fondations seront posées. Au cours des dix prochaines années, Niki s'impliquera principalement dans la construction de son jardin, obtenant l'aide de nombreux amis et disciples.

Ugo Celletti, facteur, a commencé à travailler pour le Jardin des Tarots en 1979 ; et, comme l'écrit Niki, « il a d'abord tracé des chemins en pierre, puis il a appliqué des grillages sur les bâtiments en fer qui avaient été enduits de ciment. Quelque temps plus tard, Ugo m'a demandé de tester sa capacité à recouvrir les sculptures de carreaux de verre pour miroirs, se révélant ainsi être un véritable poète dans ce type de mosaïque". Au fil du temps, de nombreux habitants locaux ont travaillé pour le Jardin ; en plus de ceux nommés ici qui apporteront des contributions notables, il y aura d'autres assistants des deux sexes.

La galerie Gimpel & Weitzenhoffer à New York organise une exposition avec des maquettes et des photographies des projets architecturaux de Niki ; l'exposition itinérante s'arrête dans de nombreuses villes américaines.

1980

En avril, Niki commence à construire ses premières sculptures architecturales pour le Jardin des Tarots, le Papessa et le Magicien: Premièrement la Papessa : le premier à représenter la créativité et la force féminine. Entre 1980 et 1982 Jean Tinguely et son équipe suisse – Rico Weber et Seppi Imhof – ont soudé les constructions en fer de ce premier groupe d'ouvrages dont lesImpératrice (la Sphinx).

Pierre Marie Lejeune visite le Jardin des Tarots pour la première fois. Niki a eu l'idée de recouvrir ses œuvres de carreaux de mosaïque en céramique et en verre pour miroirs. Pierre Marie collabore avec elle depuis des années. Au cours de ses voyages à travers la Pologne, la Tchécoslovaquie, la France, l'Allemagne, la Belgique, l'Italie et les États-Unis, il est toujours à la recherche de nouveaux matériaux et techniques. Il fait réaliser certains éléments selon les instructions de Niki ; développe une technique pour recouvrir les sculptures de mosaïques ; il nomme son épouse Isabelle Dunoyer de Segonzac pour diriger l'atelier de mosaïque. Niki lui donne carte blanche pour concevoir des bancs, des meubles et autres éléments pour le Jardin.

Niki de Saint Phalle et Jean Tinguely à l'endroit où sera construit le Jardin des Tarots, vers 1979. Photo : © Laurent Condominas Soudure de la charpente en fer Photo: Rico Weber / © Etat de Fribourg Suisse / Musée d'art et d'histoire Fribourg Suisse

1981-1982

1981-1982

1981

Niki loue une petite maison près du Jardin des Tarots ; Elle embauche du personnel dans les fermes environnantes qui devra l'aider à mener à bien son énorme entreprise. Le succès du projet est dû de manière décisive à ses nombreuses années de travail. Le Jardin des Tarots continue de s'agrandir.

L'artiste néerlandais Dok van Winsen rencontre Niki à Amsterdam et collabore plus tard avec Jean Tinguely (et Niki) sur la sculpture Cyclope. Fin 1981, il arrive pour la première fois à Garavicchio.

1982

Dok van Winsen rejoint l'équipe et reprend le travail de Tinguely : souder les constructions en fer et les sculptures. «Grâce à l'éducation 'médiévale' de Jean Tinguely et Dok van Winsen, l'agrandissement de mes modèles fonctionne parfaitement», écrit Niki. "Toutes les armatures des sculptures monumentales sont constituées de barres de fer et soudées grâce à la force musculaire de l'équipe."

 

Tonino Urtis rejoint également l'équipe, pour prêter main forte à Dok van Winsen dans les travaux de soudure des premiers ouvrages de Jean et de son équipe suisse : le PapessaLe Magicien, LeEmpereur, et également le Soleil et leArbre de la vieToutes ces sculptures naissent en même temps, car Niki aime travailler sur plusieurs projets simultanément. À la fin de l'année, les travaux ont atteint un niveau permettant de réaliser les applications de ciment.

Pour le compte de la société Jaqueline Cochran, Niki crée un parfum qui porte son nom ; les ventes servent en partie à financer le Jardin des Tarots. Pour contenir le parfum, il crée un flacon doré et bleu et au-dessus, comme un pommeau, deux serpents en verre coloré emmêlés.

Niki de Saint Phalle tomba malade d'une polyarthrite rhumatismale et en souffrira jusqu'à la fin de sa vie.

Armure de fer de L'impératrice, le magicien et la grande prêtresse. Photo : © Giulio Pietromarchi Soudure de l'armure L'impératrice . Photo : Rico Weber / © Etat de Fribourg Suisse / Musée d'art et d'histoire Fribourg Suisse Membres de l'équipe avec la grue se préparant à soulever Le soleil. Photo : © inconnu

1983

1983

1983

Niki emménage dans la sculpture monumentale deImpératrice qui a la forme d'un sphinx et servira d'atelier et de maison pendant les sept prochaines années, période pendant laquelle il travaille intensément à la finition du jardin. Il décide d'utiliser des carreaux de céramique aux côtés de carreaux de verre pour les miroirs et de verre pour recouvrir les sculptures. Son ami et assistant Ricardo Menon lui présente Venera Finocchiaro, une professeure céramiste de Rome. « Venera allait devenir la céramiste du Jardin, elle s'immergeait complètement dans son mono », écrit Niki. « Elle vivait dans le Jardin et satisfaisait mon envie de créer des objets inédits qui n'avaient jamais existé auparavant dans l'art céramique. Ses belles œuvres parlent d’elles-mêmes.

Dok van Winsen aidé de Tonino Urtis soude le deuxième groupe de sculptures architecturales : les Château l'Empereur), la tourLe pape, le Justice Justice (à l'exception des armes de la balance qu'Urtis réalisera plus tard en fer) et la chapelle à l'intérieur de laquelle se trouve lependu. Après que Tinguely soit victime d'une crise cardiaque, Niki promet solennellement de faire construire une petite chapelle en son honneur s'il se rétablit ; pour que le Pendu soit placé dansArbre de la vie. Dok van Winsen commence à travailler sur le pape (qualifiée par Niki de « la sculpture préférée de Jean dans tout le Jardin ») que Tinguely achèvera ensuite.

Une fois les travaux de soudure terminés, les sculptures seront recouvertes d'une deuxième couche de fer sur laquelle seront appliquées deux couches de treillis métallique. Dès que la construction en fer des sculptures architecturales fut terminée, De Villa, une entreprise spécialisée de Vintimille, fut chargée de réaliser les travaux en béton armé. De Villa applique une première couche d'enduit. Ensuite, l'intérieur duImpératrice il sera recouvert d'un matériau isolant et d'un treillis métallique. Au-dessus d'une couche de goudron pour protéger leImpératrice sous la pluie, De Villa applique une dernière couche de ciment blanc.

Dans le jardin le Force (le Dragon) avec du fer et du ciment et sera ensuite recouvert d'une mosaïque. Dok van Winsen commence les travaux de soudure et revient plusieurs fois sur cette sculpture, en fonction des idées changeantes de Niki sur le revêtement en mosaïque. En 1989, la sculpture Force sera achevée.

Niki crée un modèle pour le Lune (n. XVIII).

Entre 1983 et 1984 Tonino Urtis réalise la première mosaïque pour la main de Magicien.

Gérard Haligon et Pierre Marie Lejeune ont peint Le Soleil à l'été 1983 ; c'est la première œuvre de Pierre Marie au Jardin. Entre 1983 et 1995, il visitait le Jardin des Tarots quatre ou cinq fois par an et y restait à chaque fois une semaine ; entre 1995 et 2002, ses visites se font plus rares.

Membres de l'équipe se préparant à projeter du béton, décembre 1982. Photo : © inconnu Armure de fer et de béton de l'intérieur de L'impératrice , 1983. Photo : © Giulio Pietromarchi L'impératrice avec couche de ciment et de goudron. Photo : © Dok van Winsen

1984-1985

1984-1985

1984

Marco Iacotonio commence son activité dans le Jardin en donnant la touche finale au béton. Entre 1984 et 1987, Niki a passé la plupart de son temps au Jardin des Tarots ; un grand nombre de ses œuvres majeures sont déjà dans un état d’achèvement avancé.

Pierre Marie Lejeune et Gérard Haligon créent la maquette du serpent au pied du Papessa et ils produisirent les premières céramiques et les appliquèrent avec de l'argile directement sur le béton ; les céramiques proviennent de la production de Venera Finocchiaro.

En septembre Niki crée les modèles pour le Tempérance (n. XIV) et pour le mort (n. XIII) donc peu de temps après pour le Choix (Les amoureux) (n. VI). Tous trois ont ensuite été coulés en polyester par Robert Haligon et ses fils Gérard et Olivier.

Per le sculture architettoniche ancora non completati (l’Empereur, le tourLe pape, le Justice) les travaux concrets commencent. L'équipe de Niki maîtrise désormais les techniques de travail, travaillant du matin au soir. Vous achetez un petit four de cuisson électrique. Des carreaux de céramique produits sur place seront appliqués autour de la bouche de la Grande Prêtresse. Les yeux et le visage du sorcier sont constitués de morceaux de verre miroir. Pour la cuisson, Toni van Winsen, l'épouse de Dok, est responsable en premier, puis Venera Finocchiaro qui, avec Niki, crée toutes les céramiques encore présentes dans le jardin. Deux fours de cuisson supplémentaires sont achetés ; on peut donc à juste titre affirmer que toutes les céramiques ont été produites sur place.

Le travail de la mosaïque avec des carreaux de verre pour miroirs pour l'extérieur du tour a commencé entre 1984-1985.

 

 

En même temps le grand serpent du Papessa et le visage de Magicien.

Des œuvres basées sur les cartes de tarot de Niki sont exposées dans les galeries Gimpel Fils à Londres et Gimpel & Weitzenhoffer à New York.

1985

Jean Tinguely construit la machinerie de la Tour de Babel : la sculpture en fer soudé (300 x 400 cm) nommée Eos est équipée d'un moteur électrique, symbolisant la colère de Dieu. D'autres machines créées par Tinguely pour le Jardin du Tarot sont la Fontaine de Fortune (une variante du Roue de la Fortune), une sculpture en fer soudé de 1988 avec un moteur électrique dans le bassin d'eau devant la Grande Prêtresse, et l'Injustice > – une sculpture soudée composée de fer, d'objets trouvés, de lamadari et de moteurs électriques qui sera placée à l'intérieur de la Justice et protégée par un gigantesque cadenas (n. VII). La route d'accès porte le panneau "Jean Tinguely a injustement enfermé l'injustice dans la justice et a bien fermé la porte".

Après avoir créé les modèles en 1984, la Temperance en février et la Scelta (les Lovers) en mars ont été coulées en polyester, un travail réalisé par Robert Haligon & Fils. En avril, le modèle du Diable est produit.

1985 e 1986 cominciano il lavori per i mosaici in vetro per specchi e di ceramica per l’Imperatice (capelli in mosaico di vetro per specchi blu), la Papessa, le Fontana (scala esterna), il Magicien (viso e scalini) e il pape (Primi mosaici).

La grande prêtresse La Papessa. Photo : © Dok van Winsen Les membres de l'équipe appliquent une mosaïque de miroirs sur La Tour de Babel. Photo : © Giulio Pietromarchi Jean Tinguely travaille aux soudures La roue de la fortune. Photo : © Inconnu

1986-1987

1986-1987

1986

Niki de Saint Phalle passe presque toute l'année au Jardin des Tarots ; d'autres sculptures y sont placées. Ricardo Menon présente Marcelo Zitelli à Niki ; il devient son assistant et collaborateur important. La mosaïque en mosaïque de verre destinée à l'extérieur de la Tour sera achevée entre 1986-1987.

Claudia Celletti commence son travail au Jardin des Tarots.

Entre 1987 et 1993, années au cours desquelles Niki a de nouveau passé plus de temps à Paris, il a créé de nombreuses petites œuvres pour son jardin, dont la Mort, l'Hermita , le Fool , le Diable, le Chariot, le Pendu, l'Oracle em>, le Sage, le Monde, l'Étoile, la Conversation, le Siège des Serpents . En mars, Niki a développé une version plus grande (300 cm) de la Luna (n° XVIII) basée sur le modèle de 1983. Plus tard encore jugé trop petit, il sera remplacé entre 1992-1993 par un format encore plus grand (500 cm).

Le Pape et la Justice ont été achevés entre 1987 et 1988.

Niki demande à Pierre Marie Lejeune de construire des bancs autour de la fontaine aux pieds de l'Impératrice (Sphinx). Il propose de créer un petit amphithéâtre avec des sièges dans le rocher lui-même ; et avec l'aide des membres de l'équipe qui travaillent dur, ce projet sera mis en œuvre.

La Galerie Bonnier à Genève expose les « Dernières œuvres » de Niki de Saint Phalle, dont des éditions limitées d'œuvres basées sur les sculptures du Jardin des Tarots : plastiques colorés et bas-reliefs en polyester, céramique et verre, sérigraphies némérisées ainsi que des œuvres figuratives et vases colorés en polyester. Les bénéfices servent à financer la construction du Jardin du Tarot.

Modelli della Luna e La Scelta Gli Innamorati all’interno L’Imperatrice . Foto: © Sconosciuto Niki de Saint Phalle e Jean Tinguely con Le Monde a La Commanderie, Francia. Foto: © Laurent Condominas Membri della squadra che applicano gli specchietti a mosaico Il Papa, Novembre 1986. Foto: © Giulio Pietromarchi

1988-1989

1988-1989

1988

Sur la base du modèle créé en septembre 1984, Niki a réalisé en janvier la sculpture de la Mort (n. XIII) avec son assistant Marcelo Zitelli. L'Ermite (n. IX) sera réalisé en argile en juin. Les deux figurines seront ensuite moulées par Haligon en polyester.

Le Magicien (n. I) et la Grande Prêtresse (n. II) ont été achevés entre 1988 et 1989. Le travail se concentre désormais sur l'Impératrice (n. III) et, plus tard, sur l'Empereur (n. IV).

Vivre dans le « ventre de sa mère » ou à l'intérieur de l'Impératrice (Sphinx) Niki considère que cela est une raison trop conditionnée, alors il construit un studio dans un endroit isolé du jardin. dans un style loft new-yorkais. En 1988, il y passe une partie de son temps, avant de s'y installer définitivement.

1989

Alessia Celletti commence à travailler au Jardin des Tarots.

Ricardo Menon meurt du SIDA ; Niki est très affecté par sa mort. En mémoire de Ricardo, il a créé la sculpture Chat, pour avoir un souvenir éternel de lui dans le Jardin. Au cours de ces années, Niki a perdu de nombreux amis, tous frappés par le sida.

Lorsqu'il se consacre à ses œuvres, les expériences au Jardin des Tarots sont déterminantes pour Niki et sa manière de traiter les matériaux, notamment les mosaïques multicolores de carreaux de mosaïque de verre pour miroirs et céramiques. En janvier 1989, il conçoit le Mondo (n. XXI) qu'Haligon & Fils exécute ensuite en polyester ; une version en mosaïque sera placée dans le Jardin des Tarots. Du modèle Devil, réalisé en avril 1985 (n. XV), Niki a développé une version plus grande en février. En août et novembre à Paris, il crée, avec son assistant Marcelo Zitelli, les modèles de la Folle (n. 0) et de l'Impiccato (n. XII) en argile. .

Sur proposition de Niki, Pierre Marie Lejeune construit un chemin en béton qu'il décore de hiéroglyphes et d'autres signes et symboles.

La Force (le Dragon) est terminée.

Niki de Saint Phalle et Venera Finocchiaro à l'intérieur du studio. Photo : © Laurent Condominas Niki de Saint Phalle peint Chat de Ricardo, 1989. Photo : © Laurent Condominas Niki de Saint Phalle sculpte le parcours en béton. Photo : © Laurent Condominas

1990-1995

1990-1995

1990

En septembre, selon le modèle de juin 1974, une version agrandie de la Fontana-di-Nana est née. Le Pendu (n. XII) sera installé en novembre à l'intérieur de l'Arbre de Vie ; le même mois, le Diable (n. XV) sera positionné.

Entre la fin des années 80 et le début des années 90, Niki passait de moins en moins de temps au Jardin. Cependant, la même chose se développe et, en même temps, les besoins d'entretien du système et des sculptures individuelles augmentent. La restauration des sculptures a commencé entre 1992-1993 ; de nouvelles techniques de collage sont utilisées (utilisation du silicone pour les pièces de verre et du silicone pour les miroirs). Pendant ce temps, Niki s'efforce de trouver une base juridique pour le projet Garden.

1991

En août Jean Tinguely décède à Berne.

L'état de santé de Niki s'est aggravé, mais elle a néanmoins travaillé à la création d'un musée Tinguely basé à Bâle ; là est née l'amitié avec Mario Botta.

En novembre le Mat (n. 0) sera placée dans le Jardin. Comme si au cours d'une errance il avait déjà changé de place plusieurs fois et le fera également à l'avenir...

 

1992-1993

Une nouvelle version plus grande (500 cm) de la Lune (n° XVIII) sera modélisée.

1993

En mars la Plaque Fontana (c'est-à-dire Fontana-di-Nana) sera placée dans le Jardin des Tarots, en juin la Lune (n. XVIII ).

1994

Pour des raisons de santé, Niki a déménagé à La Jolla, en Californie, où elle vivra pendant les huit prochaines années. Il organise son atelier de manière à pouvoir travailler la pierre, le verre et le verre miroir, matériaux qui, au lieu des couleurs, acquièrent une importance toujours plus grande dans la création de ses sculptures. Pierre Marie Lejeune se rend plusieurs fois en Californie à la recherche de matériaux adaptés et pour y installer un atelier de mosaïque.

1995

Giampiero Ottavi commence son travail de jardinier au Jardin des Tarots. Pierre Marie Lejeune conçoit et réalise des meubles en fer et en verre. Entre 1995 et 1996, presque toutes les mosaïques des sculptures ont été achevées.

Pallas Athéna e Thoëris extérieur du studio, 1990. Photo : © Laurent Condominas Équipe travaillant sur le plancher de thé Le Empereur. Photo : © Inconnu Mario Botta et Niki de Saint Phalle dans son atelier à La Jolla 1994. Photo : © Julie Bubar

1996-2002

1996-2002

1996-1998

L'« Anti-Boutique », conçue par Pierre Marie Lejeune, ainsi que le mobilier, seront installés par lui avec l'aide de l'équipe. Le 4 août 1997, la Fondation « Il Giardino dei Tarocchi » est fondée à Rome.

En 1997, Stefano Mancini devient administrateur du Jardin des Tarots, succédant à Gigi Pecorano, auparavant responsable des questions administratives. Mario Botta conçoit le pavillon d'entrée du Jardin. "J'ai demandé à mon ami, l'architecte Mario Botta, de créer l'entrée du Jardin du Tarot en contraste avec l'intérieur du Jardin", écrit Niki. « Mario a construit un épais mur d'enceinte ressemblant à une forteresse, d'aspect « masculin », en utilisant de belles pierres locales, et de cette façon, l'extérieur et l'intérieur étaient clairement distincts. Pour moi, le mur de Mario est une protection à l'image du dragon qui est le gardien du trésor dans les contes de fées." Le Jardin Tarrochi, qui avait déjà attiré des visiteurs par le passé, sera officiellement inauguré le 15 mai 1998 pour le grand public.

1999-2001

Vers 2000, Tonino Urtis entreprend deux voyages aux États-Unis pour enseigner les techniques de céramique à la nouvelle équipe de Niki en Californie du Sud, nécessaires à son dernier projet Le Cercle Magique de la Reine Califia.

2002

Fabio Mancini commence son travail au Jardin des Tarots ; Massimo Menchetti le rejoint en 2004.

Bien qu’elle ait déménagé aux États-Unis, Niki n’a pas abandonné son Tarot Garden. Il projette un labyrinthe pour lequel il faudra dégager un terrain pour y installer des poteaux métalliques. Le 21 mai 2002, Niki de Saint Phalle décède à l'âge de 71 ans à La Jolla, en Californie. Selon ses dernières volontés, le projet Tarot Garden doit prendre fin au moment de son décès.

Le 8 juillet 2002, la Fondation « Il Giardino dei Tarocchi » sera officiellement reconnue par la Région Toscane.

Construction à l'extérieur de l'entrée conçue par Mario Botta. Photo : ©inconnu Vue d'ensemble du Jardin des Tarots. Photo : © Laurent Condominas